IST et zoophilie

De ZetaWiki
Aller à : navigation, rechercher

La question de la transmission de maladies sexuellement transmissibles lors de rapports zoophile n'est pas bien documentée. Quelques articles de la littérature médicale mentionnent des cas de transmission d'infection de l'appareil génital animal à l'homme. En revanche aucune information ne concerne la transmission des maladies sexuellement transmissibles humaine lors de rapport zoophile.

Cet article essaye de lister les maladies qui peuvent se transmettre lors de rapport sexuel avec les animaux. Les aspects concernant les Infection sexuellement transmissibles humaines sont adaptés des conseils habituels concernant la transmission des IST chez l'homme à la situation des rapports sexuels zoophiles.

Maladies sexuellement transmissibles de l'animal à l'homme

Si la plupart des maladies sont spécifiques d'une espèce, certaines infections animales du système génital (bactériennes notamment) peuvent sans doute se transmettre à l'homme.

  • Infections de l'appareil génital animal pouvant se transmettre à l'homme

Liste à venir voir aussi Zoophilie et santé

Maladies humaines sexuellement transmissibles

Par ailleurs, la pratique de la zoophilie n'est pas exempte de risque de transmission de infections sexuellement transmissibles entre hommes (IST). Celle-ci peut intervenir dans les conditions particulières listées ci-dessous :

  • Pénétrations par un même animal de deux partenaires successifs

Dans le cas où l'un des deux partenaire serait séropositif ou porteur d'une IST, celle-ci pourrait se transmettre à l'autre partenaire. Dans ce cas c'est surtout des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) qui se transmettent par le sang qui peuvent être transmises d'homme à homme comme le virus du sida (VIH) des hépatites B ou C ou les virus de l'herpès.

Ne pas oublier que la pénétration anale est souvent un rapport traumatique (en particuliers avec certains animaux) et que la muqueuse anale est particulièrement fragile. Très souvent des micro-saignements ont lieu et le pénis de votre partenaire animal sera porteur de ce vecteur de transmission du VIH ou de l'hépatite.

Dans certains cas il peut être possible d'utiliser des préservatifs (si, si, ça marche aussi pour les chiens!). Le plus simple étant d'éviter deux pénétrations successives d'un même animal sur deux partenaires différents.

Le virus du sida se détruisant à l'air libre en quelques minutes ou dans un milieu hostile, il est raisonnable de penser que le lendemain il aura été détruit. Un simple rinçage à l'eau ne suffit peut-être pas.

Les virus de l'hépatite sont plus résistants et plus facilement transmissibles que le VIH. Il existe un vaccin pour l'hépatite B, faîtes vous vacciner. En revanche il n'existe par de vaccin pour le virus de l'hépatite C.

Les papillomavirus (HPV) ou crêtes de coqs se transmettent quant à eux par le sang mais peuvent aussi être transportés par contact. Ils peuvent aussi être transmis de cette manière. C'est aussi le cas de certaines IST lorsqu'elles sont localisées au niveau anal comme la syphilis les gonococcies ou les chlamydiae.

L'usage de préservatifs lors de rapports sexuels entre humains et un dépistage régulier avec traitement si nécessaire permet d'éviter d'être porteur de ces IST.

  • Pénétrations sur un animal par deux partenaires successifs

Le risque pour le VIH est ici principalement lié à l'éjaculation ou au liquide séminal. Deux partenaires pénétrant successivement un animal peuvent ainsi se transmettre le virus du VIH ou les virus de l'hépatite B et C.

Il est possible que d'autres infections sexuellement transmissibles telles que la syphillis, les gonorrhées (gonococcies) ou les chlamydiae puissent se transmettre d'homme à homme dans ces conditions.

Pour éviter toute infection du VIH comme d'autres IST, l'un des partenaires peut utiliser un préservatif. Les deux aussi si vous voulez être équitables !

L'usage de préservatifs lors de rapports sexuels entre humains et un dépistage régulier avec traitement si nécessaire permet d'éviter d'être porteur de ces IST.

Voir également

--Chiron 8 mars 2009 à 12:46 (CET)