Paraphilie

De ZetaWiki
Aller à : navigation, rechercher

Une paraphilie (du grec para- = "auprès de, à côté de" ; et -philia ="amour") est une terme de psychiatrie et de sexologie, surtout en usage dans les milieux psychiatriques aux Etats-Unis, qui sert a désigner une famille de comportements sexuels considérés comme déviants. C'est ce terme qui a d'ailleurs remplacé l'idée de perversion dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM).

Une paraphilie existe quand l'objet de la déviance est absolument nécessaire à l'excitation sexuelle: une personne qui est aussi capable d'avoir une relation si cette condition n'est pas remplie ne serait pas un paraphile.

Au-delà de la définition psychiatrique stricte, la paraphilie peut aussi désigner toute attraction ou pratique sexuelle qui diffère des actes sexuels considérés comme faisant partie d'une sexualité normale vis-à-vis des normes sociales.

Si la seule attirance ou le fantasme paraphilique n'est généralement pas condamnable dans les sociétés, un certain nombre de pratiques qu'il peut induire peuvent être réprimés par la loi.

Listes de paraphilies médicalement reconnues

Le DSM liste huit paraphilies majeures. Selon lui, pour qu'une paraphilie soit diagnostiquée, l'objet de la déviance doit être la seule source de gratification sexuelle pendant une période de six mois au moins et doit causer "une détresse clinique notable ou un handicap dans le domaine social, professionnel ou autres domaines fonctionnels importants", ou impliquer une violation du consentement d'autrui2.

  • L'exhibitionnisme : fait d'obtenir du plaisir sexuel en s'exhibant (surtout en public), notamment en montrant ses organes génitaux ou en s'affichant lors d'une relation sexuelle, généralement illégale, dans les lieux publics non prévus à cet effet ;
  • Le fétichisme : utilisation d'objets non-sexuels ou non-vivants ou de parties du corps d'une personne pour obtenir l'excitation sexuelle ;
  • Le frotteurisme : excitation sexuelle obtenue par frottement contre des personnes non-consentantes ;
  • La pédophilie : attirance sexuelle pour les enfants prépubères ou péripubères ;
  • Le sadisme : plaisir obtenu en infligeant de la douleur ou des humiliations ;
  • Le masochisme : plaisir obtenu en subissant de la douleur ou des humiliations ;
  • Le transvestisme fétichiste : attraction sexuelle pour des vêtements du sexe opposé ;
  • Le voyeurisme : plaisir sexuel obtenu en observant d'autres personnes, notamment dans leurs relations intimes, lorsqu'elles sont observées à leur insu dans un lieu privé ;
  • La vincilagnia : excitation sexuelle obtenue par l'entravement (bondage) ;
  • Le Self-Bondage : excitation sexuelle par entravement (bondage) sans partenaire ;
  • D'autres paraphilies rares sont regroupés sous l'intitulé Autres paraphilies non-spécifiés : la scatologie téléphonique (appels téléphoniques obscènes) ; la nécrophilie (cadavres) ; le partialisme (fétichisme exclusif pour une seule partie du corps) ; la zoophilie (ou bestialité), attirance envers les animaux ; la coprophilie (fèces) ; la klysmaphilie (lavements) ; l'urophilie (urine) ; l'emétophilie (vomi). La liste n'est pas limitative.

Remarque: l'homosexualité, c’est-à-dire l'attirance sexuelle pour un individu du même sexe, était considérée comme paraphilie par le DSM jusqu'en 1973.

Controverses

La définition de pratiques sexuelles variées en tant que paraphilies est débattue, et des oppositions existent. Les personnes en faveur du changement de cette catégorisation argumentent sur le fait que, en dehors des "paraphilies" qui impliquent une activité criminelle, la plupart de ces pratiques ne comportent pas d'éléments pathologiques inhérents, et ne méritent donc pas d'être stigmatisées en figurant sur cette liste.

Les personnes qui expriment cette opinion espèrent que, à l'instar du retrait de l'homosexualité, les publications psychiatriques à venir n'incluront pas la plupart de ces pratiques dans la liste.

Source

Voir également