Vase de noces - 1973

De ZetaWiki
Aller à : navigation, rechercher

Vase de noce

Film Belge

de Thierry ZENO

Date de sortie en France: 01/10/1975

Scenario : Thierry Zeno et Dominique Garny

Montage et production : Thierry Zeno

Avec des extraits musicaux des oeuvres de Monteverdi et Perotin .....

Distribution : Michele Dimitri Films

Résumé:

Un seul personnage et des animaux de ferme, dans des bâtiments qui tombent en décrépitude ..... Amour, désir, approche pour une truie consentante ..... Trois porcelets naissent peu de temps après, cajoles par l'ermite qui finit par les pendre ..... Suicide de la truie ..... Zoophilie, scatologie, coprophagie, des termes et des actes a faire frémir les âmes bien "rampantes" pour un film étrange, provocateur, expérimental et déroutant .....


Critique d'Excessif

Prenez le personnage le plus inintéressant qui soit (un agriculteur géophysicien qui vit reclus avec des animaux) ainsi que l'argument le plus repoussoir (un zoophile fait l'amour à une truie) et vous obtenez un monument de cinéma trash expérimental : Vase de noces, rebaptisé dans les pays anglo-saxons sous le titre «The Pig fucking movie» et réalisé par le courageux Thierry Zeno. A l'époque, l'artiste belge venait d'avoir 25 ans. C'était en 1974.

Après avoir succombé au désir interdit, maman truie et papa humain donnent naissance à trois jeunes porcelets qui préfèrent les cris aux chuchotements. Ne supportant plus les braillements des porcins, le mari jaloux trucide sa petite famille, provoque la colère - bouleversante - de la truie qui se suicide de tristesse et finit en Saint-Antoine, seul, nu, désespéré, recouvert d'excréments. Non, ce n'est pas le (lourd) programme scénaristique d'un John Waters perdu au fin fond des Landes mais celui d'un jeune cinéaste provocateur et incompris toqué de Félicien Rops qui a cherché bien avant les autres à scruter la bestialité des hommes et l'humanité des bêtes dans une symphonie romantique, faite de répétitions, de situations ressassées, de variations sur la famille, le sexe, l'amour. Mitonnant tout (ésotérisme, sacré, mysticisme, abjection) avec un sérieux immuable, Zeno réussit, sans doute grâce à son background de documentariste et la complicité de Dominique Garny (impliqué corps et âme à l'interprétation et au scénario), le lourd exploit d'échapper au précipité vomitif en donnant à voir d'autres choses: le parcours tordu d'un homme terriblement solitaire qui cherche à faire corps avec le monde et donc les éléments qui sont autour de lui (la terre, l'eau, le feu et l'air), l'hypersexualité des animaux qui forniquent sans contrainte, la misère sexuelle de l'homme qui ne peut subvenir à ses besoins autrement et finalement la naissance d'un amour improbable en triturant le bon vieux quotidien étal; en plaquant les codes horizontaux de tonton Baudelaire; en prenant les allures d'une fable allégorique et élégiaque, surréaliste et prosaïque, elliptique et bizarre, organique et mortifère.

Si la photo noir et blanc et la mise en scène paraissent chichiteuses ou fétichistes ; si la musique belle comme pontifiante ne sert finalement qu'à amplifier la dramaturgie, elles ne gâchent aucunement la force picturale des plans et la folie des rebondissements dans la narration (les gorets emmitouflés dans leurs tricots qui se tiennent mal lors des repas familiaux). Ca aurait été quelque chose de facile et de gratuit s'il n'y avait pas l'expression d'une évolution et le désir d'une quête. S'il n'y avait pas non plus cette volonté de faire rire entre deux chocs (ladite scène de repas où les situations paraissent tellement lumineuses que les protagonistes de l'affaire parviennent à nous faire croire que oui, l'amour zoophile est possible). Plus tard, lorsqu'il aura zigouillé sa famille, le protagoniste va se débattre dans des espaces restreints, des rituels abscons et, surtout, entre les murs invisibles de ses obsessions intérieures. Le héros n'est pas victime des circonstances ou de la fatalité, mais de lui-même (et par conséquent de sa nature profonde). Dans toute cette dernière partie, l'action est alors réduite à une sorte de rumination énigmatique, un long finale mahlérien à goût de terre.

Certaines scènes coupent le souffle, agressent le regard et donnent au spectateur l'impression de se prendre un TGV en pleine figure. Aujourd'hui, ça ressemble à du Carlos Reygadas avec des couilles, qui oublie de se la jouer poseur et cherche à toucher le fond baroque de la folie pure. Les questions posées par le récit sont simples mais pas faciles à digérer: jusqu'où peut-on aller pour ne plus ressembler à un être humain? Comment s'extraire de l'humanité toute entière en franchissant des barrières morales? Comment provoquer le regard des bien-pensants pour capter quelque chose hors du commun des mortels? Est-ce que dans la truie, tout est cochon (et donc bon)? Dans ce défi transgressif pourvu d'une insoupçonnable profondeur spectrale, idéalement tourné sans dialogue pour que le malaise s'estompe, le cinéma a son mot à dire avant de chercher une volonté de choquer le bourgeois - auquel cas le film serait purement maniériste et anecdotique. Certes, on sera tenté de raccrocher quelques wagons cinématographiques à cette expérience hors du commun (un peu de Buñuel pour le style proche de l'écriture automatique, un peu de Rossellini mode Stromboli et de Pasolini période Théorème pour arborer quelques balises). Mais le résultat, inclassable parce que hors des modes et du temps, est d'une telle puissance immorale qu'il n'a rien perdu de son pouvoir dérangeant. Dans son genre (lorsque la mélancolie et l'éblouissement sont une seule et même nature), ce crépuscule cacophonique qui fout les jetons s'avère totalement unique.

Article tiré du quotidien cinéma en ligne Excessif: http://www.dvdrama.com/news-20823-le-coin-du-cinephile-vase-de-noces-thierry-zeno-.php

Sources